(traduit par Google)

La Commission bulgare pour la protection de la concurrence (CPC) s’est prononcée contre les recours interjetés par les quatre soumissionnaires perdants dans l’appel d’offres de concession de l’aéroport de Sofia, les rejetant comme sans fondement.

Dans une longue décision publiée sur son site Web à la fin du 15 novembre, la CPP a rendu public pour la première fois le fond des appels. Auparavant, il avait seulement reconnu leur existence, mais n’a donné aucun détail.

Les appels formels portaient sur des motifs étendus – leur description a pris 118 pages de la décision de 264 pages de la CPP – et comprenait des plaintes contre leurs offres concurrentes, ainsi que le processus suivi par le ministère des Transports.

En rejetant les appels des soumissionnaires perdants – consortiums présentés par Manchester Airports Group et Aéroports de Paris, Fraport en Allemagne et le rapprochement entre la société suisse SSB Sauerwein et Schaefer et les aéroports de Copenhague – le régulateur a effectivement a confirmé le choix du ministère du consortium entre Français investisseur en infrastructures Meridiam et l’aéroport de Munich comme le futur concessionnaire.

L’arrimage de l’aéroport de Meridiam-Munich offrait le troisième plus haut prix de concession annuel garanti et avait l’engagement d’investissement le plus bas de 608 millions d’euros, mais avait le plan le plus ambitieux pour augmenter l’infrastructure de l’aéroport de Sofia et le trafic de passagers, envisageant de presque tripler ce dernier à 18 million d’ici 2040.

Appelée en juillet 2018, il s’agit de la deuxième tentative de la Bulgarie de choisir un concessionnaire pour le plus grand hub aérien du pays. Le premier processus, lancé en 2016 par le gouvernement précédent du Premier ministre Boiko Borissov, a également connu plusieurs retards avant d’être mis au rebut par un gouvernement intérimaire en mars 2017.

Ses arguments en faveur de l’appel d’offres reflétait étroitement ceux avancés par les socialistes de l’opposition, qui affirmaient qu’il était contraire à l’intérêt de l’État d’offrir l’aéroport en concession. Les socialistes ont lancé plusieurs appels au Parlement pour que le Conseil des ministres annule l’appel d’offres.

Commentaires