(traduit de l’anglais par Google)
PRET POUR UN SPECTACLE DE PIB DE LA ZONE EURO?

Les craintes d’un ralentissement majeur de la puissance de la zone euro, l’Allemagne, ont augmenté cette semaine après les chiffres «effrayants» de la production industrielle en juin et les rapports attendus la semaine prochaine qui les tiendront à jour.

Mercredi, les données trimestrielles rapides sur le produit intérieur brut de l’Allemagne et de l’ensemble de la zone euro sont publiées. Selon le sondage de Reuters, le consensus prévoit que le PIB de la zone euro a augmenté de 0,2% au deuxième trimestre, mais qu’en Allemagne, la plus grande économie du bloc, il devrait s’être contracté de 0,1%.

Les marchés obligataires craignent certainement le pire. Les Bunds à dix ans donnent un creux record de près de -0,60%. La courbe de rendement totale du gouvernement allemand jusqu’à 30 ans est maintenant inférieure à zéro. Les investisseurs brandissent des drapeaux rouges au sujet de la récession en zone euro et de la reprise des achats d’obligations de la Banque centrale européenne alors que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine s’aggrave de plus en plus sévère.

Les marchés sont en alerte, l’Allemagne et d’autres gouvernements utiliseront ces taux d’emprunt bon marché pour soutenir les politiques de reflation de leurs banques centrales. Un rapport publié cette semaine, selon lequel l’Allemagne pourrait émettre de nouvelles dettes pour financer la protection du climat, a provoqué une brève hausse en flèche des taux d’intérêt général et de l’euro.

ÉCONOMIE AMÉRICAINE LISEZ
Après une escalade de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, qui a déclenché l’une des semaines les plus instables de l’année pour les marchés américains des actions et des obligations, les investisseurs se sont concentrés sur la capacité de l’économie américaine à absorber une guerre tarifaire avec des contrôles de santé critiques jeudi.

Déjà, les sonnettes d’alarme retentissent: les taux américains à 30 ans frôlent des creux record et la prime sur les taux des bons du Trésor à trois mois par rapport aux rendements des obligations du Trésor à 10 ans – un indicateur de récession américain très surveillé – a atteint son plus haut niveau depuis mars 2007. Certains analystes estiment à présent plus de 50% des risques que l’expansion économique la plus longue de tous les temps aux États-Unis se transforme en récession d’ici 12 mois. PIMCO, l’un des plus importants investisseurs obligataires au monde, a évoqué la possibilité de rendements négatifs du Trésor.
L’inflation des prix à la consommation aux États-Unis en juillet, prévue mardi, a été maîtrisée au cours des dernières années et a toujours été inférieure à l’objectif de 2% fixé par la Réserve fédérale. Le président de la Fed, Jerome Powell, a déclaré que le lien étroit entre chômage et inflation avait été brisé il y a 20 ans et que la relation « s’est affaiblie, affaiblie et affaiblie ».

Les observateurs du marché vont être confrontés à un déluge de données jeudi: les ventes au détail de juillet, la production industrielle, l’indice d’août de la Fed de Philadelphie et l’indicateur du marché immobilier de la NAHB sont à venir. Il en va de même pour les chiffres hebdomadaires de chômage et la mise à jour des données TIC de juin sur la répartition des avoirs du Trésor.

La réduction d’un quart de point lors de la prochaine réunion de la Fed le 18 septembre est maintenant presque totalement rentable. Les marchés voient une chance sur quatre d’une réduction de taux de 50 points de base plus importante le mois prochain.

Petit mouvement, grosse affaire
Ce qui semblait être une chute mineure de la monnaie chinoise est devenu un gros problème pour les marchés financiers. Beaucoup craignent que la dévaluation concurrentielle de la Chine ne soit le début d’une réaction aux menaces douanières américaines, ce qui pourrait à son tour déclencher une guerre monétaire qui obligerait d’autres banques centrales régionales à réduire les taux d’intérêt. Cette décision a également suscité de nouveaux doutes quant à la conclusion d’un accord dans la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

Ce glissement de plus de 2% dans le yuan fortement géré l’a poussé à son plus bas niveau en 2008 et au plus faible de 7% par dollar. Beijing affirme ne laisser que les forces du marché diriger le yuan, et non pas transformer sa devise en arme, et a fait de son mieux en mettant en place des opérations de marché ouvert pour contenir le mouvement. Les données du commerce chinois ont montré qu’avec la chute de ses importations et de ses exportations, Pékin a besoin d’une monnaie plus faible pour soutenir son économie.

La chute du yuan a toutefois créé des perspectives plus inquiétantes: davantage de ruptures géopolitiques et commerciales et de menaces entre les deux plus grandes économies du monde. Cela est confirmé par la chute des actions et des rendements obligataires, la dégringolade des devises des marchés émergents et la fuite vers la sécurité des dollars, de l’or, des bitcoins et du yen.

Les marchés surveillent les allers-retours entre Washington et Beijing, les accusations de manipulation monétaire, ainsi que la pression croissante exercée sur la Fed pour qu’elle baisse à nouveau ses taux. En outre, il faut se demander comment Beijing va gérer les attentes concernant sa monnaie afin de ne pas déclencher une fuite de capitaux nationaux et étrangers.

C’EST MOBILE À LA LONGUE FIN
Les marchés se sont effondrés après l’escalade de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, marquant de nouveaux jalons pour de nombreux actifs, et les obligations d’État ne faisant pas exception.

Alors que les investisseurs se sont investis dans des actifs refuges, le rendement des obligations allemandes à 30 ans a atteint un plancher record, le rendement des obligations irlandaises à 10 ans est devenu négatif, et les Pays-Bas sont devenus le dernier pays à rejoindre ce groupe en pleine croissance de pays dont les courbes de rendement sont entachées de territoire zéro.

L’évaporation du rendement mondial éloigne les investisseurs du spectre des échéances. L’obligation autrichienne à 100 ans a progressé de quelque 63% depuis le début de l’année, un graphique de prix vertical rappelant des hausses similaires des crypto-monnaies et des valeurs technologiques.

L’obligation centenaire de l’Autriche ne fait que mettre en évidence une tendance plus large: le rendement de l’indice Bloomberg Barclays Multiverse pour les obligations mondiales dont l’échéance est comprise entre 7 et 10 ans a atteint un minimum record de 1,44% cette semaine.

Dans les enquêtes de la Bank of America Merrill Lynch, les gérants de fonds considèrent le «commerce le plus encombré» pendant deux mois consécutifs. Cela pourrait se révéler être de mauvais augure – les actifs nommés «les plus encombrés» s’effondrent généralement peu après. Il est temps qu’une bulle éclate?

LE VOTE SUR MACRI-NOMICS
L’Argentine se rendra aux urnes pour les élections primaires de dimanche, ce qui est considéré comme une répétition générale pour le scrutin national d’octobre et un référendum géant sur la politique d’austérité du président sortant, le centre-droit Mauricio Macri.

Les électeurs choisiront parmi les 10 candidats à la présidentielle, mais les principaux partis politiques ont déjà établi le leur. Les primaires, appelées PASO, devraient donc révéler si le Macro contraint a de sérieux espoirs d’attraper son principal rival, le modéré péroniste Alberto Fernandez. .

Fernandez, dont la vice-présidente, l’ancienne leader populiste Cristina Fernandez de Kirchner, a profité de la colère du public face à la douleur économique que l’austérité a infligée. Mais les marchés craignent de pouvoir recommencer à faire sauter le budget et à mettre en péril le soutien du FMI, qui est à peu près le seul moyen de maintenir le pays à flot.

Cela signifie qu’un résultat assez proche dimanche devrait déclencher une reprise des marchés monétaire et obligataire de l’Argentine. Un grand spectacle de Fernandez pourrait faire le contraire. C’est un grand moment pour les investisseurs qui surpondèrent toujours les actifs argentins.

Commentaires