(traduit par google)

JOYEUX ANNIVERSAIRE DE L’OTAN!

Sous la bonhomie d’anniversaire, les tensions vont mijoter alors que l’alliance militaire transatlantique fête ses 70 ans et que les dirigeants des 29 Etats membres célèbrent près de Londres les 3 et 4 décembre.

Les reproches du président américain Donald Trump sur le fait de devoir « subventionner » l’Europe l’obligent à contribuer davantage, tandis que le président Français Emmanuel Macron a ébouriffé les plumes en qualifiant l’OTAN de « cerveau mort » et en suggérant une « relation stratégique » avec la Russie.

Attendez-vous à un débat houleux sur la menace de la Turquie de voter contre un plan de défense pour les pays baltes et la Pologne à moins que l’OTAN ne reconnaisse la milice kurde YPG comme terroriste. Peu probable, étant donné que les YPG ont aidé à vaincre l’État islamique. Alors, comment pacifisent-ils le président turc Tayyip Erdogan tout en gardant les YPG sur le côté?

Et le Premier ministre Boris Johnson, hôte du sommet, espère que Trump ne participera pas à l’élection britannique, qui pourrait être exploitée par l’opposition. Johnson semble assuré d’une majorité et ne voudra pas prendre de risques juste une semaine avant le scrutin.

Quant au rôle futur de l’OTAN, le sommet demandera à un groupe de « sages » de faire des suggestions, mais ils ne feront pas rapport avant le prochain sommet fin 2021.

CARNAVAL DU MÉCONTENTEMENT

Les dirigeants sud-américains du bloc commercial MERCOSUR réunis jeudi à Bento Gonçalvea au Brésil pour discuter des droits de douane ne seront pas à court de points de discussion.

Des vagues de protestations violentes et de mécontentement social qui balayent l’Amérique latine ont déjà fait tomber le gouvernement bolivien et poussé les monnaies du Chili à la Colombie à des niveaux record tout en montrant peu de signes de ralentissement.

Le Brésil a jusqu’à présent évité de tels troubles, mais sa monnaie, le real, est à des niveaux record, forçant les autorités à intervenir. La banque centrale du Chili vend des dollars au milieu du pire mois pour le peso depuis 2011 et une baisse des taux d’intérêt qui a été fixé pour Décembre peut maintenant être dans le doute.

Il n’y a aucun signe de soulagement pour le Venezuela où l’économie se contracte à des taux à deux chiffres. Enfin, le mécontentement populaire a contribué à élire un président de centre-gauche en Argentine qui devra faire face à un fardeau de la dette suffocante.

JOUR DE PAIE

La création d’emplois aux États-Unis a ralenti cette année, d’environ 167 000 par mois, soit un quart de moins que la moyenne de 2018. Il n’y a toujours aucun signe réel que les taux de chômage, près d’un creux de 50 ans, sont en passe d’augmenter de manière significative. Non-farm payrolls, due on Dec. 6 are forecast to show 183,000 jobs were created in November, rebounding from October’s 128,000. Bien que les chiffres d’octobre aient probablement été faussés par une grève des travailleurs chez General Motors.

Un chiffre de prévision-battant pourrait encore amplifier Wall Street où les stocks ont à plusieurs reprises atteint des sommets records. Mais les marchés sont à l’affût de tout signe de faiblesse; après tout, les marchés du travail  ne sont « pas si forts partout », notent les économistes d’UBS, pointant du doigt des poches de faiblesse de l’industrie manufacturière et de l’agriculture.

GESTIONNAIRES DE LA DOULEUR INDEX

Les enquêtes sur l’industrie manufacturière offriront un bilan des plaies de la guerre commerciale en Asie, le consensus prévoyant un septième mois consécutif de contraction de l’activité des usines en Chine, sous la pression de la faiblesse de la demande intérieure et des exportations molles.

Mais le diable se cache dans les détails. Caixin’s PMI, a separate survey with a focus on smaller businesses, is expected to show a fourth straight month of expansion, which would leave a picture that looks increasingly like a two-speed economy.

La grande industrie, dominée par les entreprises d’État forestières, se rétrécit, tandis que les géants privés tels que Tencent, Alibaba et les petites entreprises de commerce électronique montent en flèche. Pourtant, les planificateurs économiques attendent leur heure, peut-être méfiant de créer un 2015-style train de sauce emballement. Bien que les mesures visant à assouplir la politique monétaire aient été jusqu’à présent provisoires, les INDICES pmi pourraient apporter une poussée supplémentaire.

BIG OIL’S BIG JOUR

Le 5 décembre s’annonce comme un grand jour pour les marchés pétroliers. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) se réunit pour une réunion de politique et le même jour, le plus grand producteur de l’OPEP, l’Arabie saoudite, donnera le prix final pour l’introduction en bourse de la société pétrolière d’État Aramco.

L’introduction en bourse sera l’éléphant dans la salle de réunion de l’OPEP parce que le prix du pétrole à l’époque sera la clé de la cotation, prévue à la mi-décembre.

Il y a un an, l’OPEP et les pays non membres de l’OPEP ont convenu de réduire l’offre de brut de 1,2 million de barils par jour pour soutenir les prix face au ralentissement de la demande de pétrole. En juillet, ils ont prolongé cet accord jusqu’en mars 2020.

Les observateurs chevronnés de l’OPEP savent ne jamais exclure la possibilité d’une décision surprise, mais des sources au sein du groupe semblent à peu près sûres que le pacte de réduction de l’offre sera prolongé jusqu’en 2020. Après tout, une chute des prix du pétrole est quelque chose que les Saoudiens ne voudront pas risquer tout comme la liste des actions Aramco.

Commentaires