Ces derniers jours, les valeurs technologiques ont subi un « bear market » soit un marché baissier dans le jargon des marchés financiers. La question est de savoir si la tendance haussière a finalement pris fin ou s’il s’agit juste d’une prévisible et légère correction ?

Les secteurs liés à la technologie et à internet mettent à mal l’indice Nasdaq Composite qui est sur le point d’enregistrer sa pire semaine depuis plus de cinq mois.

Le repli des valeurs technologiques arrive peu de temps après que le Nasdaq ait atteint le record des 8’000 points le 29 août dernier, ce qui a soulevé de nombreuses questions à propos de la capacité du marché, principalement porté par les gains engendrés par ces secteurs, à atteindre de nouveaux sommets.

Jusqu’à récemment, les valeurs technologiques étaient en tête du marché et avaient permis de presque doubler les rendements sur 12 mois de l’indice S&P 500.

La récente rupture de la tendance haussière n’est pas inquiétante selon Art Hogan, directeur de la stratégie chez B.Riley FBR inc.

Pour lui, il s’agit davantage d’un bon rappel pour les investisseurs que cet élan évolue dans les deux sens, se référant à la montée des stratégies d’investissement qui consiste à acheter des actions dans l’espoir qu’elles poursuivront leur tendance à la hausse à moyen terme.

L’atmosphère négative sur les marchés est partiellement causée par la crainte d’une guerre commerciale croissante, car beaucoup s’attendent à ce que les Etats-Unis mettent en place de nouveaux tarifs sur les importations de marchandises en provenance de Chine à hauteur de 200 milliards de dollars.

Parmi ces valeurs technologiques, Apple a enregistré une baisse de 1,6% alors que Facebook a chuté de 3,0% contre une baisse de 2,1% pour Alphabet (maison mère de Google).

Les investisseurs dans le secteur des technologies subissent une pression des ventes, provoquée par la crainte à propos de la réglementation des grandes plateformes de médias sociaux à la suite de l’audition devant le congrès américain. Mercredi, la participation étrangère à l’élection présidentielle américaine, notamment par le biais des réseaux sociaux était au cœur de l’audience. En outre, le président américain Donald Trump a critiqué à plusieurs reprises Twitter, Facebook, Google et Amazon.

Par rapport à mercredi, Twitter poursuit sa baisse avec 5,3% et Netflix  6,1%, mais ce dernier a vu son objectif de cours être relevé jeudi de 360 à 444 dollars par la maison financière canadienne RBC.

Parmi les secteurs présentant des avantages, l’industrie gagne 0,3%. S & P 500, tandis que l’immobilier et les services publics augmentent de 0,3 à 0,4%.

Commentaires