(traduit de l’anglais par google)

Le ministère bulgare des Transports a annoncé le 17 juillet avoir choisi le partenariat entre l’investisseur français en infrastructures Meridiam et l’aéroport de Munich comme vainqueur du contrat de concession de l’aéroport de Sofia.

L’offre technique du consortium était l’un des trois à recevoir le maximum de points, ce qui l’avait laissé devancer le précurseur, le rapprochement entre la société française Aéroports de Paris et la société turque TAV Havalimanlari Holding, qui offrait la redevance annuelle la plus élevée.

Le ministre bulgare des Transports, Rossen Zhelyazkov, a déclaré dans un communiqué que les cinq offres présentées étaient très compétitives, les aspects techniques de l’offre, y compris les plans de développement de l’aéroport, jouant un rôle décisif.

En vertu des règles relatives aux appels d’offres, les engagements financiers (la redevance de concession annuelle et les promesses d’investissement totales) comptaient pour 55% de l’évaluation finale, les 45% restants étant couverts par la note technique.

Meridiam et l’aéroport de Munich se classent au troisième rang en termes de redevance annuelle de concession avec une offre de 24,5 millions d’euros, mais les médias bulgares ont annoncé qu’ils offraient un plan ambitieux de développement de l’infrastructure et du trafic passagers de l’aéroport de Sofia, en commençant par la réparation des deux aéroports existants. Selon les chiffres du ministère des Transports, l’aéroport de Sofia a accueilli 6,5 millions de passagers en 2017.

Dans un deuxième temps, le consortium construirait un troisième terminal et ferait passer le nombre de passagers à 12,3 millions d’ici 2030, suivi de deux extensions supplémentaires du nouveau terminal, ce qui porterait le trafic passagers à 14,5 millions d’ici à 2035 (date à laquelle le terminal 1 serait reconfiguré pour ne traiter que le fret) et 18 millions d’ici 2040.

Les travaux de construction seraient effectués par l’Autrichien Strabag, qui a construit le terminal 2 de l’aéroport de Sofia, en raison de controverses qui ont retardé le début des opérations et ont donné lieu à un litige avec l’Etat bulgare.

Zhelyazkov a déclaré qu’un contrat de concession pourrait être signé dans les 15 jours, à condition que le choix du ministère ne soit pas contesté devant la Commission pour la protection de la concurrence, qui traite les appels en matière de marchés publics. Les soumissionnaires perdants ont 10 jours pour interjeter appel.

Appelé en juillet 2018, c’est la deuxième fois que la Bulgarie tente de choisir un concessionnaire pour le plus grand centre aérien du pays. Le premier processus, lancé en 2016 par le gouvernement précédent du Premier ministre Boiko Borissov, a également connu plusieurs retards avant d’être éliminé par un gouvernement intérimaire en mars 2017.

Ses arguments en faveur de l’appel d’offres reprennent de près ceux de l’opposition socialiste qui affirmait qu’il était contraire aux intérêts de l’État de proposer l’aéroport en concession. Les socialistes ont demandé à plusieurs reprises au Parlement d’annuler l’appel d’offres.

Commentaires