Au troisième trimestre de 2018, les prix de l’immobilier à Copenhague ont chuté, l’offre ayant dépassé la demande. Un nouvel espoir voit le jour lorsque nous analysons l’évolution dans les autres capitales scandinaves.

Les prix de l’immobilier en Norvège et en Suède ont commencé à montrer une évolution positive après une année de baisse dans les deux capitales scandinaves. La Norvège et la Suède ont mis en œuvre un resserrement des prêts en 2017 après une hausse sensible des prix de 2014 à 2017. Cette limitation a entraîné une chute des prix de l’immobilier dans les deux pays.

Après que le gouvernement ait restreint l’accès aux prêts immobiliers risqués l’an dernier, Copenhague a connu une baisse des prix de l’immobilier durant les trois mois qui suivirent. Le gouvernement a pris cette mesure afin d’éviter une bulle immobilière comme celle de la fin des années 2000.

En ce qui concerne l’évolution de la situation en Norvège et en Suède, un an après le resserrement, les prix commencent à nouveau à se soulever. Selon des analystes norvégiens et suédois, le regain d’optimisme découle de la capacité des personnes à s’adapter aux nouvelles restrictions afin de disposer d’une marge de manœuvre financière si les taux d’intérêt augmentent. De plus, l’insécurité que nous avons constatée chez les acheteurs après le resserrement a été beaucoup moins importante que prévue.

À la suite de ce développement à Oslo et à Stockholm, il convient de noter que la baisse actuelle des prix à Copenhague n’a pas été aussi importante que celle observée dans les deux autres capitales scandinaves.

La question est de savoir si le marché immobilier à Copenhague va réagir de la même manière qu’à Oslo et Stockholm. Cela dépendra du nombre de ventes effectuées les prochains mois et du nouveau calcul des taxes et évaluations foncières.

Le taux d’intérêt est un facteur important – un taux très bas au Danemark, en Norvège et en Suède depuis un certain temps.

En septembre, la Norges Bank a relevé ses taux d’intérêt pour la première fois en sept ans de 0,25 point à 0,75%, et devrait donc passer à 4% au cours des trois prochaines années.

Depuis que le Danemark a mis en place des restrictions sur les prêts, un an après la Norvège et la Suède, avec des taux bas depuis 2015 – une hausse des taux d’intérêt au Danemark n’est plus qu’une question de temps. Des taux plus élevés signifient des prêts plus coûteux, ce qui empêchera certains acheteurs potentiels d’entrer sur le marché et ralentira ainsi la croissance potentielle des prix.

Le marché immobilier à Copenhague est très similaire à celui de Stockholm et d’Oslo en ce qui concerne l’évolution des prix, la croissance du nombre d’habitants et, donc, la demande de biens immobiliers. Le marché de Copenhague a donc une chance de réagir comme il l’a fait à Oslo et à Stockholm les 12 prochains mois.

Graph source: boligsiden.dk

Commentaires